Trans Mecs & Mecs

A propos de l’immersion chez les pédales - 2012

jeudi 1er novembre 2012

Tiré du blog "CHRONIK D’UN NÈGRE INVERTI : Réflexions personnelles sur l’impérialisme, la continuité coloniale, les rapports sociaux de sexe et de sexualité, sans hiérarchie ou mise en concurrence, dans leur spécificité ou en articulation

Un autre truc à mentionner et qui peut expliquer pourquoi la torso n’est pas une urgence, c’est que je n’ai aucun problème avec les pédés cisgenres (hommes qui n’ont pas changé de sexe – diminutif "cis") pour les relations sentimentalo-sexuelles.

En fait, depuis que j’ai écrit les textes sur l’irresponsabilité affective, l’injonction à tout déconstruire, l’incapacité à prendre en compte le fait que nos actions ont des effets sur les gens, le fait de se vouloir tous pansexuels et polyamoureux, en entraînant dans nos conneries des gens envers qui nous n’auront même pas la décence de dire "je suis désolé d’avoir dit et fait ceci cela", et pas seulement "je suis désolé que tu aies mal pris ceci cela" toujours pour s’extraire de toutes responsabilités …. – ben, une fois que j’ai écrit sur ce que tous ces comportements m’inspiraient, je me suis senti libéré et j’ai commencé à aller sur des sites internets gays, à sortir en lieux gays, et il faut bien avouer que chez les mainstream que nous prenons de haut – souvent il est vrai, car beaucoup d’entre-eux nous méprisent, mais pas toujours – il y a des gens tellement plus simples à vivre…

Et du coup, malgré des aspects réels de transphobie chez les gays, je dois dire que mon immersion dans ce monde a été bien plus facile que prévue. Les liens tissés sont très agréables et en bien des points, très reposants, même si je sais au fond de moi que j’ai besoin d’être dans une ou des relations sentimentales qui ne m’empêchent pas d’être à fond dans des milieux alternatifs et militants.

Du coup, je me dis que concernant la torso, il y aurait eu une sérieuse concurrence avec mes projets si mon corps actuel était un frein à mes relations avec les mecs cis. Mais bon du coup, là je ne parle que des relations avec des pédés cis, mais qu’en est il des bi ou pédé trans ?

Eh bien disons que sur ce point, dès que j’y pense le mot "DANGER" me vient à l’esprit. Alors, sachez que je suis tout à fait apte à y voir une forme de haine de soi, une transphobie au masculin. Pourquoi pas. Mais, je veux aussi prendre en compte cette intuition qui me laisse penser que les relations entre mecs trans, ou mecs trans et mecs cis, ne mettent pas en jeu les mêmes choses, particulièrement en fonction du "moment" de la transition de tel ou de tel, de son sentiment par rapport à ladite transition etc. Après, tout cela n’est pas aussi catégorique. Je pense que comme nous sommes traversés par tellement plus de choses que le simple axe cis/trans, les relations entre deux ou plus de personnes ne mettent pas que ça en jeu. Je crois juste qu’en ce qui me concerne, les mecs cis me reposent plus l’esprit (aussi parce que je suis à plus d’un an de testo, il y a quelques mois je n’aurais pas dit ça…), même si avec certains, le temps de "pédagogie" peut me gonfler par ailleurs. Il y a peut-être aussi des "traumatismes" perso non réglé avec "les" mecs trans qui font que je ne vois le salut qu’avec les cis. Enfin bon, ça c’est pour l’analyse et le retour sur soi-même, mais au fond, comme les choses se passent bien, au final, ça me va.

Voir en ligne : Article de blog entier

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 257 / 91692

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Articles et journaux  Suivre la vie du site Extraits de Blogs   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.11 + AHUNTSIC

Creative Commons License